PAR ICI LA SORTIE !

Traité de Lisbonne, Article 50 :

1. Tout État membre peut décider, conformément
à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
2. L’État membre qui décide de se retirer
notifie son intention au Conseil européen...
3. Les traités cessent d’être applicables à l’État
concerné à partir de la date d’entrée en vigueur
de l’accord de retrait...

AccueilA table !
Dernière mise à jour :
jeudi 12 juin 2014

En sortir pour
S'EN SORTIR !
Article 50 du traité de Lisbonne



PARTAGER SUR VOTRE FACEBOOK
Partager
(avec l'image de votre choix)



     
Brèves
Mis à part l’OTAN, tout le monde veut la paix
vendredi 16 septembre

La Chine espère que la communauté internationale respecte les principes de l’ONU et l’indépendance souveraine de la Syrie

La Chine a émis l’espoir de voir la communauté internationale respecter les principes de la charte de l’ONU ainsi que l’indépendance souveraine de la Syrie et l’intégrité de ses territoires, réaffirmant que la crise actuelle en Syrie ne pourrait être résolue que par les Syriens eux-mêmes.

La porte parole du ministère chinois des Affaires Étrangères Jiang Yu, citée par l’agence chinoise de l’information Xinhua, a déclaré que la nécessité de prendre des mesures supplémentaires par la communauté internationale à l’encontre de la Syrie, dépendait de la capacité de ces mesures d’aider à l’accalmie et de résoudre la crise à travers le dialogue tout en maintenant la paix et la stabilité au Moyen Orient.

Sur le web
Articles publiés dans cette rubrique
vendredi 2 mars 2012
par La rédaction
La finance mondiale : Le modèle Shylock
Par Adrian Salbuchi*
Une séance de remue-méninges grecque doit certainement sonner à peu près comme ceci : Défaut ! Dégradation ! Echange d’obligation ! Faillite de la BCE ! Des mesures d’austérité ! Les Recettes du FMI ! Des émeutes ! L’Euro qui s’effondre ! Payez !...
Quelqu’un peut-il donner un sens à tout cela ??
Essayons ... Parce que c’est une question qui consiste à relier les points ... correctement !
Tout d’abord, les "crises" des dettes souveraines explosent, puis s’effondrent pour finalement (...)

lire la suite de l'article
samedi 1er octobre 2011
par La rédaction
Vaccin pour la grippe
Le scandale a juste changé de seringue
Deux ans après, le scandale de la fausse pandémie H1N1 n’est toujours pas terminé. Mieux il rebondit, avec un petit arrangement entre amis. Si 18,9 millions de doses vont être détruites, l’industrie pharmaceutique, avec la complicité des états, ont trouvé un endroit bien pratique - et rentable - pour servir de décharge sauvage : les corps des candidats au vaccin saisonnier. Voilà comment faire des profits, tout en se débarrassant des invendus : refourguer les vieilles souches virales et les (...)

lire la suite de l'article
jeudi 18 août 2011
par La rédaction
Avis aux laquais atlantistes
Les Etats-Unis n’ont aucune reconnaissance
Pour la capture de Ben Laden « mort ou vif », George W. Bush avaient promis une prime de 25 millions de dollars, ensuite doublée par le Sénat. Résultat : les Navy Seals 6 qui, selon la version officielle, auraient procédé à sa capture, à l’élimination du corps, à la disparition des preuves et des photos n’ont pas touché un kopeck ! Mieux, elles viennent d’être liquidées, victimes d’un missile U.S. Stinger des talibans ... financés par qui ? Par les USA, pardi !
Sur un plan économique, même (...)

lire la suite de l'article
vendredi 15 juillet 2011
par La rédaction
Fracturation des sous-sols, version rock ’n roll
GASBUGGY, la bombe A dans le gaz de schistes
La fracturation des sous-sols pour extraire des schistes les gaz ou les huiles est présentée en 2011 comme un aboutissement récent de la meilleure technologie de l’industrie pétrolière. En réalité, rien de nouveau sous le soleil : dès 1967, la méthode était employée au Nouveau Mexique.
Intéressant retour d’expérience
Seule différence, en 1967, ni benzène, ni nano-particules, ni solutions chimiques sous-pression pour faire fortune en empoisonnant les nappes phréatiques, mais une bombe (...)

lire la suite de l'article
mardi 27 juillet 2010
par La rédaction
Manger des OGM en signant des pétitions
L’organisation de droit américain "AVAAZ"* signale avoir collecté plus de 678000 signatures pour sa pétition anti-OGM. Elle entend ainsi demander à la Commission d’avoir la gentillesse de changer sa politique à 180° en renonçant à inonder l’Europe d’OGM.
AVAAZ précise dans une note que "le 31 mai nous avions atteint 900 000 signatures ! Afin de suivre la régulation européenne actuelle, ce compteur a été ajusté pour ne faire apparaître que les signatures des personnes ayant saisi leur nom et (...)

lire la suite de l'article
- DECAP ACTU -
Actualités politiquement incorrectes, garanties sans pensée unique ni langue de bois. Mise en garde : peut provoquer des réactions allergiques et des irritations aux manipulateurs et déclinologues.