Attentats contre la Norvège qui se retire de la Coalition
samedi 23 juillet 2011
par La rédaction
Les attentats du 22 juillet 2011 plongent les norvégiens dans une profonde incompréhension : « Nous sommes un petit pays, nous sommes pacifistes, pourquoi s’en prendre à la Norvège ? »

Les norvégiens ont raison : La Norvège a été déclarée le pays le plus en paix du monde en 2007 par le Global Peace Index. Elle est aussi classée première sur l’indice de développement humain. Le prix Nobel de la Paix et les accords d’Olso démontrent accessoirement qu’on se rend plus en Norvège pour y faire la paix que la guerre.

Plus récemment, constatant les crimes commis par l’OTAN contre la population libyenne [1], la Norvège a annoncé qu’elle se retirait de cette funeste coalition. Ce retrait est en cours et doit être achevé avant le 1er août. Voilà la dernière fois que la Norvège a fait parlé d’elle sur la scène internationale. [2]

Et si c’était ce refus de participer à une guerre injustifiable et ce penchant naturel pour la paix qui était reproché à la pacifique Norvège ? Dans un monde qui ne semble plus savoir comment vivre en paix, l’empêcheur de guerroyer n’est t-il pas le baudet de la fable « Les animaux malades de la peste » ? Si on ajoute que le gouvernement norvégien a consulté par deux fois son peuple qui, par deux fois, a décliné l’invitation de rentrer dans l’Union européenne, et que ce gouvernement a respecté la volonté populaire, il est indéniable que la Norvège importune certainement plus les visées des mondialisateurs occidentaux que n’importe qui dans le tiers-monde... Ce qui n’empêchera pas la propagande de présenter comme coupable soit un groupuscule islamiste radical, soit un chrétien intégriste, sans qu’aucun "journaliste" ne se pose ces simples questions :

-  A qui profite le crime ?

-  Pourquoi frapper ce pays pacifique pour des mobiles si peu convaincants ?

- Qui a pu armer ce criminel qui peut n’être qu’un simple exécutant ?

-  Quel lien établir entre ces drames et la sortie de la Norvège de la coalition anti-libyenne ?

-  Quelles conséquences pour le gouvernement norvégien et les élections de septembre ?

Ce matin, un groupe salafiste était le responsable désigné par la presse étatsunienne, ce soir la seule version autorisée serait qu’un déséquilibré d’extrême-droite aurait agi seul, si incroyable que ce soit. . La seule hypothèse interdite serait d’oser imaginer que ceux qui profitent du crime pourraient l’avoir commis ou commandité.


Reproduction libre avec ce lien : DECAPACTU : Attentats contre la Norvège qui se retire de la Coalition

Post-scriptum :

NRK : Il y avait plusieurs tireurs sur l’île d’Utøya

Les survivants ont dit qu’il y aurait certainement plus de gens derrière l’attaque sur les jeunes du camp AUF, vendredi soir.

Des témoins qui ont réussi à sortir vivants de l’île, affirmaient que ce n’était pas seulement un mais plusieurs agresseurs qui ont tiré sauvagement à Utøya vendredi soir.

Sur sa page Facebook, Torbjorn Vereide, le chef de "Sogn og Fjordane AUF", dit la même chose : "Les tireurs étaient habillés comme la police, afin de nous demander de venir vers eux avant de commencer à nous tirer dessus", écrit-il.

D’autres survivants croient qu’il doit y avoir eu un certain nombre d’auteurs, car il y a plus de personnes réparties inanimées sur une vaste zone.

(NRK.no n’a pas encore confirmé cette information de la police.)


Resistance71
Résistance solidaire au Nouvel Ordre Mondial
Archive pour juillet 23, 2011
Nouvel Ordre Mondial : Horreur à Oslo... A qui profite ces crimes ?

Au delà de l’horreur totale de ces évènements, il convient de prendre de suite le maximum de recul avec la situation afin de ne pas se laisser corrompre par la propagande qui va immanquablement s’en suivre. A la lumière de ce qui est dit dans cet article que nous avons traduit, ces attentats sentent l’opération « fausse bannière » à plein nez. Nous suivrons bien sûr l’évolution de la situation, mais il va être très intéressant de voir comment le gouvernement norvégien va gérer l’enquête.

Va t-on assister à la même mascarade que les enquêtes du 11 Septembre aux États-Unis et du 7 Juillet en Angleterre ?... On verra t-on le gouvernement norvégien faire front aux menaces de l’empire ?... A suivre avec grand intérêt !

Terreur à Oslo : quel agenda cela sert-il ?

L’attentat à la bombe contre des bâtiments gouvernementaux et une fusillade massive se produisent au moment même où l’establishment veut fabriquer le mythe du “Al Qaïda blanc”.

Par Paul Joseph Watson
 Le 22 Juillet 2011

Url de l’article original : www.infowars.com/oslo-terror-whose-agenda-does-it-serve/ (Traduit de l’anglais par Résistance 71)

L’attentat à la bombe et la fusillade d’Oslo d’aujourd’hui sont déjà emplies d’inconsistances et de questions qui demandent plus de recherche en ce qui concerne à quel agenda ces attaques sont-elles le plus utile ?

Les autorités ont déjà déclaré que l’homme qui est responsable de la fusillade dans un camp d’été d’une station balnéaire proche de la capitale a des liens directs avec l’attentat à la bombe ayant eu lieu auparavant à Oslo dans un bâtiment du gouvernement.

Un témoin visuel de l’explosion qui était à juste 200 mètres, a appelé l’émission de radio d’Alex Jones et a déclaré à l’antenne qu’il y avait eu “un exercice de détection de bombe” dans la zone en question la veille de l’attaque. La télévision norvégienne a également relaté ce fait.

D’après un norvégien qui nous a contacté par courriel , son père qui est un expert en explosif a analysé la scène de l’explosion et a déclaré que du fait des dégàts visibles et des débris sur la zone de l’attentat, l’explosion s’est clairement produite en sous-sol. Il y a également des rapports stipulant que la rue était fermée ces derniers jours à cause de travaux sous-terrains dans les égoûts. Ceci est déjà inconsistant avec la thèse officielle qui fait état d’une voiture piégée.

Vendredi était un jour férié en Norvège et le bâtiment victime de l’attentat était en grande partie vide, ce qui explique pourquoi seulement sept personnes y ont été tuées. The Daily Mail reporte “Heureusement que c’était un jour férié en Norvège et que les bureaux sont bien moins occupés que durant les jours de semaine normaux.” Pourquoi des “terroristes”, qui a priori veulent faire le plus de victimes possible, auraient-ils choisi de faire sauter ce bâtiment le jour où il est presque vide ?

Les rapports qui ont déjà indiqué que le coupable de la fusillade de masse dans un camp d’été du parti travailliste juste à l’extérieur d’Oslo, qui a fait au moins 25 morts, font état qu’il s’agit d’un jeune homme norvégien blond, qui correspond parfaitement de fait au profil de la récente campagne de propagande pour monter en épingle un soi disant “type d’Al Qaïda blanc”, comme étant maintenant la plus grande des menaces. Des experts auto-proclamés en sécurité cités par l’agence Reuters ont déjà prédit que le blâme retombera sur “à la fois des islamistes et des extrémistes d’extrême droite”, dans une forme d’alliance qui a débouchée sur un “assaut hybride”, ce qui en soit est une idée totalement saugrenue, mais qui va servir à lier les sentiments anti-gouvernementaux parmi la population avec le terrorisme islamique ; ce qui a été le but depuis bien longtemps.

Comme l’indique Kurt Nimmo, l’homme accusé d’être le leader du groupe que certains blâment pour l’attentat, Mullah Krekar, a déjà été en contact avec la CIA auparavant ; il fût approché pour travailler avec elle en 2005. Les membres du groupe de Krekar, Ansar Al-Islam, sont des vétérans de la guerre de coopération CIA-ISI (NdT : services secrets pakistanais) contre les soviétiques en Afghanistan.

Cette attaque est-elle un rappel à l’ordre de la Norvège qui aurait interféré un peu trop avec l’agenda globaliste ? La Norvège n’est pas membre de l’Union Européenne et ses actions récentes auront sans nul doute énervé et mis en colère bon nombre des intervenants puissants de l’élite globaliste au sein de ce cercle d’initiés. Plus spécifiquement, la Norvège soutient pleinement la proposition d’état palestinien, qui doit être votée en Septembre à l’ONU, aussi la décision de la Norvège de ne plus soutenir les bombardements de la Libye et de se retirer complètement de cette opération de l’OTAN dès le 1er Août ainsi que la décision de la Norvège de geler le paiement de 42 millions de dollars à la Grèce, une entrave évidente aux récents efforts pour étayer le pays dans sa crise profonde de la dette, représentent des raisons massives pour qu’il y ait une cassure sévère entre la Norvège et l’oligarchie anglo-américaine.

[1] -OTAN  : la Norvège claque la porte

Au moment où les combats semblent s’enliser entre les troupes fidèles à Kadhafi et les rebelles libyens, l’Otan vient de commettre une série de bavures ce week-end, et la Norvège a annoncé son retrait progressif des opérations menées sur le ciel libyen.

L’Alliance Atlantique a essuyé de virulentes critiques au lendemain d’un raid qui a fait, dans la nuit de samedi à dimanche, 15 morts et 3 blessés, tous des civils. « Un site militaire de missiles était la cible prévue de frappes aériennes à Tripoli la nuit dernière. Toutefois, il s’avère qu’une arme n’a pas frappé la cible prévue et qu’il peut y avoir eu une erreur dans le système qui peut avoir fait un certain nombre de victimes civiles », a reconnu pour la première fois l’Otan, incombant la bavure à une erreur technique.

Une autre bavure avait fait, 24 heures plus tôt, des victimes au sein des forces rebelles. Du pain bénit pour le régime libyen, à un moment où l’intervention de l’Otan est de plus en plus critiquée par l’opinion publique internationale. Le ministre de l’Information libyen Moussa Ibrahim a aussitôt répliqué, accusant l’Otan de commettre «  des actes barbares  » en visant «  délibérément des civils  », et ajoute «  C’est une autre nuit de tuerie, de terreur et d’horreur, causée par l’Otan  ».

L’Otan a essayé tant bien que mal de se justifier, en déclarant à travers la voix du chef des opérations, le général canadien Charles Bouchard, que chaque attaque est « préparée et exécutée avec un grand soin pour éviter des victimes civiles ». Mais face au tollé suscité par la bavure, l’organisation politico-militaire a bien fini par présenter ses excuses, et «  regrette la perte de vies de civils innocents  », selon un communiqué du même général Bouchard.

L’Italie sur le sillage de la Norvège.

Premier coup dur pour l’Alliance Atlantique, la Norvège a annoncé publiquement son retrait progressif des opérations menées par l’organisation. Oslo, qui participe aux opération depuis ses débuts, avec l’envoi de six chasseurs F-16, a déclaré que dans un premier temps, elle allait réduire son engagement militaire, pour enfin rendre son retrait effectif avant le premier août, soit deux mois avant l’expiration officielle du mandat délivré par l’ONU à l’Otan. La Norvège est ainsi le premier pays à décider de retirer la totalité de ses troupes de l’opération menée en Libye. Par ailleurs, l’Italie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Franco Frattini, a mis en garde l’Otan contre une éventuelle «  perte de la bataille de l’opinion face à Mouammar Kadhafi à cause des bavures qui provoquent la mort de civils en Libye », présent lors d’une conférence de presse à Luxembourg, le diplomate Italien a ajouté que «  L’Otan met en péril sa crédibilité  » expliquant qu’elle «  ne peut pas prendre le risque de tuer des civils  ». Rappelons que depuis le début de l’opération «  Aube de l’Odyssée  » du 31 mars dernier, les forces de l’Otan ont effectué un total de 1 500 attaques.

Reda Mouhsine pour le Soir Echos

[2] Jens Stoltenberg, le Premier ministre norvégien atlantiste et pro-européen, dont les bureaux ont été visés en son absence a certainement plus pris cette décision dans la perspective des élections de septembre que par conviction personnelle.