DECAPACTU Quand les sénateurs participent au mensonge d'Etat DECAPACTU
PAR ICI LA SORTIE !

Traité de Lisbonne, Article 50 :

1. Tout État membre peut décider, conformément
à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
2. L’État membre qui décide de se retirer
notifie son intention au Conseil européen...
3. Les traités cessent d’être applicables à l’État
concerné à partir de la date d’entrée en vigueur
de l’accord de retrait...

AccueilEurope
Dernière mise à jour :
vendredi 7 février 2014

En sortir pour
S'EN SORTIR !
Article 50 du traité de Lisbonne



PARTAGER SUR VOTRE FACEBOOK
Partager
(avec l'image de votre choix)



     
Brèves
Olivier Sarkozy ne donne pas plus de 3 mois à l’euro
jeudi 24 novembre

Sur la chaine américaine CNBC, Olivier Sarkozy - le demi frère de Nicolas - a déclaré que la zone euro est à moins de trois mois de son effondrement.

Il sait de quoi il parle, étant directeur général et chef du groupe Global Financial Services chez Carlyle. Lors de son recrutement, le co-fondateur du groupe David Rubinstein déclarait : "[Olivier] a une carrière et un réseau incroyables, qui aideront Carlyle à capitaliser sur les bouleversements dans le secteur des services financiers et d’étendre notre présence sur cette partie importante et croissante de l’économie mondiale".

Vidéo :

Si l’euro ne devait plus être la monnaie...
lundi 7 novembre

Un voyagiste allemand se prépare à faire des affaires

L’agence de voyage TUI a demandé aux hôteliers grecs de signer de nouveaux contrats précisant comment seront réglées ses factures dans l’éventualité d’une sortie de la Grèce de la zone euro. Son courrier précise : "Si l’euro ne devait plus être la monnaie (...) TUI aurait qualité pour régler dans la nouvelle monnaie, à un taux défini par le gouvernement" . Plusieurs hôteliers grecs avaient reçu la lettre de TUI et avaient été priés de la contresigner. "Aucun hôtelier ne fera ça et nous nous sommes tournés vers le ministère du Tourisme grec. TUI ne peut faire pression sur les hôteliers pour qu’ils signent ça" , a dit le président de l’Office du tourisme grec, Andreas Andreadis.

REFERENDUM ou DICTATURE ?
jeudi 11 novembre
L’étrange incendie de la Banque Marfin à Athènes
jeudi 6 mai

L’incendie de la banque Marfin d’hier, en marge des manifestations à Athènes, se retrouve au cœur de toutes les manipulations politiques, dans le but de faire taire la contestation grandissante en Grèce.

De nombreuses interrogations subsistent sur la manière dont les évènements se sont déroulés, de même que sur l’identité des auteurs de l’incendie.

Lire la suite

Bigoterie & européisme
samedi 14 juin

"Les ratifications qui restent à faire doivent continuer à suivre leur cours."

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

"Ce n’est pas de la bigoterie qu’être certain d’avoir raison ; mais cela l’est d’être incapable d’imaginer que l’on puisse se tromper."

Gilbert Keith Chesterton

Quand les sénateurs participent au mensonge d’Etat
Pour que la France reste dans le piège
jeudi 25 janvier 2007
par La rédaction
Hier, les sénateurs examinaient le Projet de loi relatif à l’expérimentation du transfert de la gestion des fonds structurels européens. Ce fut l’occasion de se livrer à une propagande européiste débridée, particulièrement insultante pour le peuple français, notamment les plus faibles revenus qui subissent de plein fouet les délocalisations, les effets de l’euro, telles les hausses de 8% l’an sur les produits les moins chers, et qui devraient voter pour des candidats tous soumis à l’ISF mais avec des revenus le plus souvent défiscalisés, candidats européens convaincus et fortunés qui ergotent pour savoir s’il faut surtaxer les Français qui gagnent 4000 € par mois.

Le texte du Sénat, est en rouge, mes commentaires sont en bleu :

2. Une source importante de financements pour la France

La politique européenne de cohésion constitue, depuis son origine, une source importante de financements pour la France :

Il s’agit ni plus ni moins que d’un mensonge d’Etat : Quand la France paie 18,7 milliards d’euros à l’Europe (PLF 2007), somme qui est prévue augmenter tous les ans, elle n’en récupère que 12,7 ! La politique européenne de cohésion constitue en réalité une perte nette pour la France de 6 milliards d’euros. Voilà la vérité que dissimule nos parlementaires : Qu’il faille, avec l’Europe, donner 3 pour recevoir 2, c’est déjà un pur scandale, mais que les élus cachent les 6 milliards qui ont disparu au passage et se glorifient des 12,7 qui nous revienne, là, trop, c’est trop !


-  6,9 milliards d’écus (prix courants) sur la période 1989-1993, soit 0,14 % du produit intérieur brut français et 15,3 % du total des crédits ;
-  14,9 milliards d’écus (prix 1993) sur la période 1994-1999, soit 0,22 % du produit intérieur brut français et 10 % du total des crédits ;
-  16,1 milliards d’euros (prix 2004), sur la période 2000-2006, soit 0,2 % du produit intérieur brut français et un peu moins de 8 % du total des crédits ;
-  12,7 milliards d’euros (prix 2004) pour la période 2007-2013, soit 4,1 % de l’ensemble des crédits de la politique de cohésion.

Accessoirement, on remarque que pour la période 2007-2013, on abandonne le PIB pour « l’ensemble des crédits de la politique de cohésion » de façon a rendre la baisse moins visible, pour cacher qu’on est passé de 0,2% à 0,15% du PIB.

Dans leur rapport précité, nos collègues M. Jean François-Poncet et Mme Jacqueline Gourault estiment que « la diminution de la dotation de la France a été circonscrite dans les limites du raisonnable et considèrent qu’elle doit inciter les acteurs concernés à rechercher une plus grande efficacité dans l’utilisation des crédits européens5(*). »

Cette baisse doit en effet être appréciée au regard des craintes qu’avait suscitées l’option consistant à consacrer la totalité de l’effort de l’Union européenne aux seuls nouveaux Etats membres.

Cela veut dire que nous devons nous estimer heureux d’avoir sauver quelques milliards : ce qui était prévu par ceux qui ont décidés pour nous de l’élargissement, c’est que nous devions payer sans rien recevoir du tout.

3. Un impact réel Des rapports périodiques de la Commission européenne permettent d’apprécier l’impact de la politique de cohésion sur l’ensemble du territoire européen. Le dernier de ces rapports observe des effets positifs sur les territoires en difficulté mais la persistance de grandes disparités socio-économiques entre Etats membres et entre régions6(*). Juste une remarque : que donner de l’argent produise des effets positifs, la Palisse aurait pu le dire.

Dans les quatre pays (Espagne, Grèce, Irlande, Portugal) qui ont bénéficié de soutiens très importants des fonds européens, le produit intérieur brut par habitant a augmenté chaque année, entre 1994 et 2001, de 1 % de plus que la moyenne de l’Union européenne, même si l’on exclut l’Irlande qui a enregistré la croissance la plus élevée. Sauf en Grèce, le taux d’emploi a progressé partout plus que la moyenne. Au Portugal, le produit intérieur brut a été, en 1999, supérieur de plus de 4,5 % à ce qu’il aurait été en l’absence de financements communautaires.

On comprend qu’ils préfèrent exclure l’Irlande : ce pays qui se livre à un dumping fiscal et social sans merci a un taux de croissance de 10,5% en 2000 ; 6,8% en 2001, 5,1% en 2002, ceci grâce aux fonds européens.

Pour autant, de grandes différences subsistent entre Etats membres en termes de cohésion économique. Ainsi, en Grèce et au Portugal, le produit intérieur brut par habitant reste inférieur à 70 % de la moyenne communautaire. En Espagne et au Portugal, le taux d’emploi des personnes en âge de travailler est inférieur de 6 % à 8 % à la moyenne européenne. Il en est de même pour les disparités régionales, qui ont tendance à se réduire moins rapidement que les disparités entre Etats membres. En outre, la convergence est très inégale selon les régions et dépend souvent de la croissance au niveau national.

Les disparités économiques entre Etats membres et entre régions se sont bien évidemment accentuées lors de l’avant-dernier élargissement de l’Union européenne.

L’adhésion de dix nouveaux Etats, en 2004, s’est traduite par une augmentation de près de 20 % de la population de l’Union, mais par une progression du produit intérieur brut inférieure à 5 %. La proportion de la population européenne dont le produit intérieur brut par habitant est inférieur à 75 % de la moyenne communautaire est ainsi passée de 19 % à 27 %.

Voilà qui est dit : au fur et à mesure que nous finançons le développement de pays qui nous remercient en accélérant nos délocalisations, d’autres pays entrent, sans que nous ayons notre mot à dire et nous devons continuer de payer, quitte à vendre nos bijoux de familles et autres sociétés d’autoroutes. (Cela n’empêche pas les routiers polonais se plaindre que les DDE françaises soient trop longues à déneiger, alors que serait beaucoup mieux fait dans les autres pays de l’Union).

En fait, on nous demande ni plus ni moins que de combler le tonneau des Danaïdes, jusqu’à ce que ruine et mort s’en suivent !

Pour ce qui concerne la France, nos collègues M. Jean François-Poncet et Mme Jacqueline Gourault soulignent qu’au delà des montants, « il convient aussi de tenir compte de l’important effet de levier des fonds structurels en France, tant sur les financements publics (1,56 euro par euro dépensé au titre de l’objectif 2, selon des données transmises par la direction générale de la politique régionale de la Commission européenne), que sur les fonds privés (0,94 euro par euro dépensé). »

Ils ajoutent : « Ainsi, les fonds structurels représentent une manne financière considérable pour les acteurs locaux. (cette "mane financière considérable" n’a pas empêché les régions de confisquer la chute des produits pétroliers, passés de 80 $ à 50 $ le baril, par l’augmentation de la TIPP, dès qu’elles ont été en mesure de la faire). Comme le soulignait M. Raymond Forni, président du conseil régional de Franche-Comté lors de son audition au Sénat au nom de l’Association des régions de France (ARF), les crédits européens ont permis la réalisation de projets qui n’auraient eu aucune chance d’aboutir sans cet appui.

Plutôt que de vanter les bienfaits des effets des quelques fonds qui nous récupérons, nos élus et M. Forni en tête, feraient mieux d’expliquer aux acteurs locaux que l’argent estampillé « fonds européens », C’EST LE NÔTRE, et quand nous donnons 200 millions de cet argent, nous pourrions donner 100 millions de plus si nous nous faisions pas racketter par la « construction européenne ». Les projets ainsi réalisés non seulement auraient abouti, mais on aurait pu les financer moitié plus. Voilà la vérité.

Conclusion :

- 1. Ne pas réaliser que l’Europe est un piège pour la France oblige à mentir aux Français.

-  2. En vérité, L’Europe est un piège. Et on ne réoriente pas les pièges, on y crève ou ON EN SORT !


Répondre à cet article
Envoyez cet article à un ami
Dans la rubrique :
  1. Un bande de fraudeurs à la tête des institutions européennes
    11 décembre 2013

  2. Les députés votent, mais les patrons ont des arguments...
    30 août 2013

  3. Le "parlement" européen va financer une brigade Internet pour « corriger » les anti-européistes
    17 février 2013

  4. Les européistes anonymes
    10 février 2013

  5. Et si la démocratie revenait par l’Allemagne ?
    6 novembre 2012

  6. La zone euro dernière de la classe, l’UE (des 27) avant-dernière
    4 mai 2012

  7. L’œuf U.E. ou la poule N.O.M.* ?
    10 février 2011

  8. Il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas :
    25 février 2010

  9. Euro, Europe, USA : c’est la chute finale
    5 février 2010

  10. La permission de tricher
    3 février 2010

  11. Dans quelques heures, nous aurons un maître
    19 novembre 2009

  12. Des voleurs dans le poulailler
    23 octobre 2009

  13. L’Union bientôt démasquée
    22 octobre 2009

  14. Ah les cons, si ils savaient !
    14 octobre 2009

  15. Communiqué sur la saisine du Conseil d’Etat préalable à la ratification par le congrès du traité dit « de Lisbonne »
    28 juillet 2009

  16. L’avis du Conseil d’État est un secret... d’État
    20 juillet 2009

  17. La Commission veut des faillites de banques
    7 avril 2009

  18. RENDEZ L’ARGENT !
    2 septembre 2008

  19. Le Mouvement Européen refuse le débat
    3 juillet 2008

  20. Spectaculaire évasion à la Prison des Peuples !
    14 juin 2008

  21. Elargissement : les européistes n’ont rien à faire
    28 avril 2008

  22. Trafic d’organes au Kosovo : Le premier ministre impliqué
    15 avril 2008

  23. Le Président BARROSO se torche avec le traité de Maestricht !
    5 mars 2008

  24. Se cacher dans le troupeau
    1er février 2008

  25. La Commission européenne contre le sauvetage de la Société Générale
    30 janvier 2008

  26. Redonner aux peuples et aux pays d’Europe l’amour du processus d’intégration
    6 juillet 2007

  27. Discours du Président de la République à Strasbourg
    3 juillet 2007

  28. L’accord contre les peuples était commandité
    23 juin 2007

  29. Les nouveaux traités que l’on vous cache
    22 juin 2007

  30. Le délire idéologique de la Commission
    20 juin 2007

  31. EDF : La Commission vent-debout contre les tarifs réglementés
    13 juin 2007

  32. La France finance des think-tanks européens, pro-américains et anti-français
    28 mai 2007

  33. L’euro ou l’impossible monnaie commune
    23 mai 2007

  34. Nicolas Sarkozy, Tassos Papadopoulos et Edward Fenech Adami
    16 mai 2007

  35. Et pendant ce temps-là, la destruction européenne continue....
    10 mai 2007

  36. Quand l’Europe aura fini de ronger son frein...
    5 mai 2007

  37. Le cadeau surprise de Sarkozy : Un super plan B déjà accepté !
    4 mai 2007

  38. L’Europe, est-ce bien raisonnable ?
    24 mars 2007

  39. Sarkozy déjà élu... Par les élites européennes
    1er mars 2007

  40. Une déclaration à Strasbourg de SARKOZY contre la FRANCE qui a voté NON...
    22 février 2007

  41. Montrer le chemin de la liberté et de la paix
    16 février 2007

  42. La France va gagner !
    12 février 2007

  43. LE RIDICULE NE TUE PAS
    29 janvier 2007

  44. Quand les sénateurs participent au mensonge d’Etat
    25 janvier 2007

  45. Les chemins ténèbreux de l’entreprise européenne...
    9 janvier 2007

  46. Hollande et Delors, Médecins malgré eux
    10 décembre 2006

  47. Notre Ministre des Finances est-il hors-la-loi ?
    1er décembre 2006

  48. Bruxelles : D’où l’expression "les murs ont des oreilles"
    29 novembre 2006

  49. Acheter, pas cher, la paix sociale avec l’argent des autres
    23 novembre 2006

  50. Les situations divergentes en matière d’immigration
    20 novembre 2006

  51. Comité interministériel sur l’Europe : en apparence cool...
    10 novembre 2006

  52. La panne électrique européenne tombe à point nommé - MAJ 08/11/06 -
    7 novembre 2006

  53. Jacques Myard pose souvent les bonnes questions
    22 octobre 2006

  54. "Eduquer (sinon réquisitionner) les médias", "faire de la pédagogie de base"
    20 octobre 2006

  55. Y a t-il quelqu’un pour dire M... à la Commission ?
    13 octobre 2006

  56. Elargissement : Pourquoi Barroso veut-il marquer une pause ?
    28 septembre 2006

  57. Elève "Royal Marie-Ségolène" admise à l’oral de rattrapage
    21 septembre 2006

  58. La Commission assiste les industriels chinois
    20 septembre 2006

  59. La France dans le collimateur de la Commission
    20 septembre 2006

  60. L’Empereur Barroso reçoit les candidats vassaux
    9 septembre 2006

  61. MISERABLE UNION EUROPEENNE
    2 août 2006

  62. La vacherie de la Commission
    29 juillet 2006

  63. LE TRAITE DE MAASTRICHT N’EST QU’UN CHIFFON DE PAPIER POUR LES GOGOS
    27 juillet 2006

  64. Court-circuit : La libéralisation européenne fait disjoncter EDF
    20 juillet 2006

  65. Jurisprudence européenne "Cresson"
    20 juillet 2006

  66. La Grosse Commission dans la couche-culotte
    19 juillet 2006

  67. Les européistes s’attaquent aux principes du Traité de Rome
    10 juillet 2006

  68. Les ennemis de la démocratie se lâchent
    8 juillet 2006

  69. Européens, repentez-vous, et révisez vos catéchismes !
    5 juillet 2006

  70. Débat : Sortons de l’Euro
    22 juin 2006

  71. La commission veut sous-traiter la surveillance du lobbying...
    21 juin 2006

  72. "Nous avons abandonné l’idée de la capacité d’absorption comme critère"
    17 juin 2006

  73. Mondial : Turquie : 1 - Europe : 0
    13 juin 2006

  74. Une pétition sur Internet contre Strasbourg !
    9 juin 2006

  75. AIRBUS et GALILEO : Le monde en marche et l’Europe en panne
    9 juin 2006

  76. Plan B : les mensonges ont la vie dure
    7 juin 2006

  77. Erratum : La Taxe-Lamassoure, c’est sérieux
    30 mai 2006

  78. Alain Lamassoure est avec nous
    30 mai 2006

  79. Il y a un an ... le 29 mai 2005
    29 mai 2006

  80. Hommage à Altiero Spinelli
    26 mai 2006

  81. Le FMI freine la BCE qui en fait trop !
    24 mai 2006

  82. Sogerma ou l’impuissance publique
    23 mai 2006

  83. L’élargissement se poursuit
    16 mai 2006

  84. Bonne nouvelle : le futur de l’Europe n’est pas en français
    16 mai 2006

  85. La Turquie fait son entrée dans l’euro !
    9 mai 2006

- DECAP ACTU -
Actualités politiquement incorrectes, garanties sans pensée unique ni langue de bois. Mise en garde : peut provoquer des réactions allergiques et des irritations aux manipulateurs et déclinologues.