DECAPACTU Le retour du Franc, belle occasion pour le monde DECAPACTU
PAR ICI LA SORTIE !

Traité de Lisbonne, Article 50 :

1. Tout État membre peut décider, conformément
à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
2. L’État membre qui décide de se retirer
notifie son intention au Conseil européen...
3. Les traités cessent d’être applicables à l’État
concerné à partir de la date d’entrée en vigueur
de l’accord de retrait...

AccueilEconomie
Dernière mise à jour :
jeudi 12 juin 2014

En sortir pour
S'EN SORTIR !
Article 50 du traité de Lisbonne



PARTAGER SUR VOTRE FACEBOOK
Partager
(avec l'image de votre choix)



     
Brèves
Missiles & Sacré $
samedi 6 février
Perdus : 9000 Milliards de $
mardi 15 septembre

Le 5 Mai 2009, Alain Grayson questionne l’Inspecteur Général, Elisabeth Coleman,de la FED sur les 9,7 trillions de dollars qui ont disparu et sur ceux ou celui qui ont bénéficié de cet argent.

L’Inspecteur Général de la Réserve Fédérale (FED) dans la vidéo, reconnaît que des trillions de dollars ne peuvent pas être retrouvés.


Si vous les trouvez, portez-les à votre mairie : dans un an et un jour, ils seront à vous !

Citation
dimanche 5 octobre
« les événements historiques surviennent toujours deux fois, la première fois cemme tragédie et la seconde fois comme farce » Disciple rebelle de Hegel
Frappé a encore triché
jeudi 2 novembre

(et vice-versa)

"Une forte vigilance reste essentielle afin de garantir que les anticipations d’inflation sur le moyen à plus long terme dans la zone euro restent solidement ancrées à des niveaux cohérents avec la stabilité des prix", dixit Jean-Claude Trichet.

C’est avec cette belle formule que le président de la BCE annonce qu’il n’écoute personne, que l’économie de la zone doit rester en panne.

Pour être certain que la croissance de démarre pas, il laisse filtrer que le taux REFI sera augmenté à 3,50% en décembre.

Le retour du Franc, belle occasion pour le monde
de repenser le système monétaire international
dimanche 26 novembre 2006
par La rédaction

Alors que personne ne nie plus que l’euro est le principal facteur de la panne de notre économie et de la destruction de nos industries, il serait toujours interdit de vouloir en sortir.

Ce serait impossible, irréaliste, dangereux. On a déjà vu qu’il n’y avait en réalité aucun obstacle sérieux :


-  sur le plan technique, il suffit de faire tourner la calculatrice dans l’autre sens et d’enclencher un processus libérateur qui serait très semblable, MAIS A REBOURS, du processus d’intégration et d’aliénation.

-  sur le plan juridique, on a déjà vu (ici) que rien ne pouvait s’opposer à la liberté du peuple français, et certainement pas la mention d’irréversibilité du traité de Maastricht.

Reste la peur du saut dans l’inconnu, et la crainte de déstabiliser le système monétaire mondial. Comme si ce système fonctionnait si bien qu’il faille absolument ne rien faire qui risquerait de fragiliser son merveilleux équilibre !

Vendredi dernier, l’euro atteignait son record annuel à 1,31 dollar, non par la santé économique des pays de la zone, mais par la perte de confiance dans la devise américaine. Aussitôt, un des responsable de la Banque centrale de Chine a jugé que les banques centrales asiatiques détenaient une part trop importante de leurs réserves en dollar, au risque d’amplifier encore la chute du billet vert, qui, si elle tournait à un effondrement, serait catastrophique pour l’Asie comme pour l’Europe.

C’est d’ailleurs ce qui fait la longévité du dollar : toutes les banques centrales ayant leurs réserves principalement en dollar, toutes sont obligés de participer à éviter la crise. Malgré tout, les produits financiers de plus en plus complexes rendent la situation chaque jour un peu plus incontrôlable, d’autant que les rachats massifs de billets verts par les chinois ne sont pas sans conséquence, notamment sur les USA, où les 4/5e de la population subissent la désindustrialisation sans profiter de l’enrichissement artificiel du pays par le dumping monétaire.

On assiste à la fuite en avant d’une économie virtuelle, parallèlement aux destructions des économies réelles nord-américaines et européennes. C’est dans ce contexte que se pose le choix français : reprendre son destin en main en recouvrant son droit à une monnaie française ou accepter le déclin, la destruction de l’économie productive en même temps que la perte de l’indépendance nationale.

Il est évident que la sortie française de l’euro sera un évènement majeur. Beaucoup craignent que cela fragilise dans un premier temps la monnaie européenne. S’il s’agit de son cours, d’une part, ce serait la meilleure chose qui pourrait lui arriver, d’autre part, ce mouvement serait forcément limité, aucune des grandes monnaies mondiales n’ayant soit pas intérêt, soit pas la capacité à trop se valoriser par rapport à la devise européenne. Par contre, il se peut effectivement que la prise de conscience française soit contagieuse et que, sous la pression de leurs peuples, les gouvernements européens soient contraints de nous suivre.

Il deviendrait alors nécessaire d’organiser ces multiples retours au principe démocratique universel, un peuple-une nation-une monnaie et par voie de conséquence, de remettre de l’ordre et de la cohérence dans le système monétaire international qui en a bien besoin. Enfin, cela permettra d’ouvrir des discussions sur la monnaie en partant du principe que celle-ci doit être au service de l’économie, de l’homme et de la paix du monde, plutôt qu’être une fin en soi et un facteur de destruction de l’économie réelle.

Envoyez cet article à un ami
Dans la rubrique :
  1. Des procédures illégales contre les entreprises
    20 octobre 2009

  2. Le discours européen : "Des prix les plus bas possibles..."
    10 juillet 2009

  3. 1,5 milliards d’euros pour des PROJETS !
    5 octobre 2008

  4. La Fed va faire faillite
    21 avril 2008

  5. Pas de pilote, pas d’avion, usage du parachute interdit...
    31 mars 2008

  6. LAGARDE - TRICHET même combat
    8 février 2008

  7. Le MEDEF veut-il moins d’adhérents ?
    26 juillet 2007

  8. TVA sociale : Encore un bricolage pour relancer l’économie ?
    14 juin 2007

  9. Ces entreprises européennes qui ne croient pas non plus à l’Europe
    24 mai 2007

  10. Pendant que la croisière s’amuse, c’est la tempête sous les crânes !
    8 mai 2007

  11. Les députés ont-ils vraiment voter en douce ?
    23 février 2007

  12. SEGO & SARKO ou "la bataille sur la place du village"
    15 janvier 2007

  13. L’euro en horreur !
    28 décembre 2006

  14. Le départ de Johnny est-il légal ?
    24 décembre 2006

  15. Fusion du New York Stock Exchange et d’Euronext : ouvrir les yeux !
    30 novembre 2006

  16. Le retour du Franc, belle occasion pour le monde
    26 novembre 2006

  17. Le scandale des enseignants cumulars doit cesser
    13 novembre 2006

  18. Le Mur du mensonge se lézarde
    2 novembre 2006

  19. Suez-GDF : les masques tombent
    11 octobre 2006

  20. Gaz de France est très fière de ses résultats
    12 septembre 2006

  21. Les griefs de la Commission européenne conduisent la direction de GDF en justice
    2 septembre 2006

  22. L’artillerie lourde et la méthode Coué
    29 août 2006

  23. La Chute de la Maison Euro
    28 août 2006

  24. Une étincelle et du gaz pour faire sauter le gouvernement ?
    25 août 2006

  25. LA FRANCE DOIT AUSSI SORTIR DE L’EURO
    4 août 2006

  26. Ca se passe comme ça, chez Mac China....
    28 juillet 2006

  27. Blackout : Demain la Californie, après-demain la France ?
    25 juillet 2006

  28. Le prix du baril, c’est bidon :
    14 juillet 2006

  29. 7 missiles à la mer = Record historique du pétrole : 75,40 $ le baril !
    6 juillet 2006

  30. Solution européenne : arracher nos vignes...
    22 juin 2006

  31. Délocalisations : le mal Français
    20 juin 2006

  32. Du courage... pour aller dans la bonne direction !
    15 juin 2006

  33. Gouvernement - UMP : de l’eau dans le gaz
    14 juin 2006

  34. Polémique : les atlantistes contre Chirac
    8 juin 2006

  35. Jean Arthuis opposé à la fusion Euronext-New-York Stock Exchange
    2 juin 2006

  36. Euronext-NYSE : la méthode Coué
    2 juin 2006

  37. Champagne pour le Crédit Agricole du Nord-Est !
    2 juin 2006

  38. Touche pas à ma Ferrari !
    29 mai 2006

  39. Courage, bibendum
    27 mai 2006

  40. L’Ascension d’Arcelor
    26 mai 2006

  41. Débranchez-les, ils sont devenus fous !
    23 mai 2006

  42. L’Europe, de Kaboul à Manhattan
    23 mai 2006

  43. Une France nulle ou championne ?
    16 mai 2006


Forum associé à l'article :
Le retour du Franc, belle occasion pour le monde
mardi 28 novembre 2006
par Denis Griesmar
Il est toujours utile de se référer à l’histoire économique, fort peu ou mal enseignée. Ainsi, il a existé entre les deux Guerres mondiales, un système, basé sur l’or, mais qui comportait une certaine régulation entre ses membres (parmi lesquels la Suisse...) : l’Union latine (qui n’avait rien à voir avec l’organisation internationale portant aujourd’hui ce nom). Comment ce système a-t-il pris fin ? Pouvons-nous en tirer des enseignements aujourd’hui ?

Le retour du Franc, belle occasion pour le monde
mardi 28 novembre 2006
par Auguste

M’étant présenté, avec quelques amis, aux cantonales sous un label "Gardons le Franc", ayant géré un site anti-Euro, je ne peux que souscrire à ce que vous écrivez, néanmoins quel pouvoir serait politiquement capable de faire renaitre le Franc, quel pouvoir aurait suffisement de crédit politique pour oser le faire et être soutenu par le Peuple Français dans la crise qui suivrait (attaques des anglo-saxons et de leurs laquais, du FMI, de Bruxelles, ...) ? Quel pouvoir, sous quelle banière ?

Seul le Peuple est légitime, le lieu de cette légitimité c’est le Forum (plus que l’Agora), de là à trouver que seule la rue saura apporter le pouvoir légitime et fort, est un petit pas à franchir. Un Rubicon, un 2 Décembre et pourquoi une marche sur Rome.



- DECAP ACTU -
Actualités politiquement incorrectes, garanties sans pensée unique ni langue de bois. Mise en garde : peut provoquer des réactions allergiques et des irritations aux manipulateurs et déclinologues.