DECAPACTU Sarko fait campagne au USA DECAPACTU
PAR ICI LA SORTIE !

Traité de Lisbonne, Article 50 :

1. Tout État membre peut décider, conformément
à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
2. L’État membre qui décide de se retirer
notifie son intention au Conseil européen...
3. Les traités cessent d’être applicables à l’État
concerné à partir de la date d’entrée en vigueur
de l’accord de retrait...

AccueilBêtisier politiqueU M P
Dernière mise à jour :
samedi 19 avril 2014

En sortir pour
S'EN SORTIR !
Article 50 du traité de Lisbonne



PARTAGER SUR VOTRE FACEBOOK
Partager
(avec l'image de votre choix)



     
Brèves
Facebookratie 2012
vendredi 11 mai
NDA : TOUT SAUF SARKOZY !
mercredi 22 février

Piégé par Gérald Dahan, le Président de Debout la République passe en revue ses concurrents avec une certaine lucidité. Conscient de la dangereuse situation qui pourrait résulter d’une réélection de Sarkozy, il ne cache pas sa préférence pour François Hollande. Sur les traces de Jacques Chirac ?...

Des crises, on en a vu d’autres !
mardi 20 décembre

La preuve, notre langue est parfaitement adaptée à la situation :

Les problèmes des boulangers vont croissant.

Alors que les bouchers veulent défendre leur bifteck, les éleveurs de volailles se font plumer et en ont assez d’être les dindons de la farce.

Les éleveurs de chiens sont aux abois.

Les pêcheurs haussent le ton.

Les céréaliculteurs sont sur la paille alors que les brasseurs sont sous pression.

Les viticulteurs trinquent.

Heureusement, les électriciens résistent.

Mais, pour les couvreurs, c’est la tuile.

Certains plombiers en ont ras-le-bol et les autres prennent la fuite.

Chez Renault, les salariés débraient et la direction fait marche arrière.

À la Sncf, les syndicats sont sous tension mais Édf ne semble pas au courant.

Les cheminots veulent garder leur train de vie, mais la crise est arrivée sans crier gare.

Les veilleurs de nuit vivent au jour le jour et les carillonneurs ont le bourdon.

Les ambulanciers ruent dans les brancards pendant que les pédicures travaillent d’arrache-pied.

Les croupiers jouent le tout pour le tout.

Les cordonniers sont mis à pied.

Les dessinateurs font grise mine.

Les exterminateurs ont le cafard.

Des militaires partent en retraite et les policiers se sont arrêtés.

Les imprimeurs dépriment.

Les météorologues aussi sont en dépression.

Les pendus sont sur la corde raide.

Les prostituées se retrouvent sur le trottoir... c’est vraiment une mauvaise passe.

François Hollande et la règle d’or
jeudi 13 octobre

François Hollande, dimanche 4 septembre 2011, sur le plateau du Grand Jury Le Figaro-RTL-LCI :

« Il vaut mieux faire ça (adopter une « règle d’or », NDLR) devant les Français après l’élection présidentielle »

Des citations d’une brûlante actualité
dimanche 21 février

1933

"Il y a une crise du capitalisme international et une crise du socialisme international parce qu’il y a une crise du capitalisme international" Marcel Déat, au congrès du parti socialiste du 1933.

1576

Du XVIe siècle, lui répond Étienne de la Boétie : "Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux." (discours de la servitude volontaire, 1576)

2010

Tous les dirigeants du parti socialiste sont dans la logique de soumission de Marcel Déat, alors que leurs électeurs désespèrent qu’ils trouvent le courage de quitter la servitude volontaire dénoncée par la Boétie.

Sarko fait campagne au USA
Là-bas, ses amis craignent que les Français n’apprécient pas
mercredi 13 septembre 2006
par La rédaction
Auprès ses vacances françaises mais bunkerisées, ses déplacements en hélicoptère (ça évite de se faire flasher par Auto-Plus), il semble que Nicolas Sarkozy soit plus à l’aise pour faire son show à Bruxelles ou à New-York qu’en France.

Il est arrivé avec une pleine brassée de médailles d’honneur à la caserne de pompiers de Manhattan. Puis, il a rencontré les représentants d’associations juives new-yorkaises. Là, je cite texto le Figaro :

"Il les a aussi placés face à leurs contradictions en leur demandant pourquoi, s’ils avaient peur de l’islam, ils tenaient tant à faire entrer 75 millions de Turcs dans l’Union européenne. Venant d’un ami proclamé d’Israël, la question a été jugée parfaitement recevable. L’un des participants s’est d’ailleurs inquiété : les opinions proaméricaines et prosionistes de Nicolas Sarkozy ne risquent-elles pas, à la longue, de lui valoir l’opprobre de ses compatriotes ? L’intéressé l’a renvoyé à ses sondages de popularité. Une preuve supplémentaire, selon lui, que la « petite élite » qui se déchaîne contre le grand satan et son allié au Proche-Orient laisse la majorité des Français indifférents."

Là, je trouve notre ministre de l’intérieur bien optimiste :

Il ne s’agit pas de petites élites qui ne supportent pas son alignement permanent sur le camp de la guerre. C’est une majorité de Français qui, sans être ni antiaméricain ni antisémite, ont été choqués de l’agression israélienne contre la population civile libanaise, totalement étrangère aux agissements du Hezbollah.

Ces français sont choqués, non seulement quand Israel diffère de 3 jours son acceptation du cessez-le-feu pour répandre pendant ces 3 jours quantité de bombes à sous-munitions (dont les principales victimes sont les enfants libanais), mais aussi quand la communauté internationale se tait et quand Nicolas Sarkozy cautionne la punition collective de cette population multi-confessionnelle libanaise en déclarant "qu’Israél a le droit de se défendre".

Enfin ces Français là ne sont pas antiméricain quand il refuse la théorie du choc des civilisations qui ne sert qu’à entretenir des conflits permanents au seul bénéfice des marchands de canon. Ces Français là ne sont pas antisémites quand il constate l’erreur historique d’Israél d’exacerber les haines chez ses voisins par une réponse guerrière disproportionnée contre une population innocente, réponse qui justifie par ricochet les théories extrémistes des ennemis d’Israël.

Je ne m’apesantirais pas sur la Turquie, je laisse le soin à M. Barroso de faire changer d’avis son ami. Ce ne devrait pas être trop difficile, il suffit de lui expliquer que la Turquie doit entrer dans l’UE parce que l’OTAN a besoin de la Turquie, et que par ailleurs, c’est déjà plié (les agriculteurs turques en savent quelque chose. Ils doivent déjà arracher leurs noisetiers sur ordre de la Commission qui s’inquiète de la position dominante de la Turquie en matière de noisettes). Et pourquoi personne à l’étranger ne s’inquiète de la position de Sarko sur la Turquie ? Ses interlocuteurs savent parfaitement que cela fait partie du show, que si "la question a été jugée parfaitement recevable", la réponse est déjà arrêtée.

Quant aux sondages, on a vu par le passé ce qu’ils valaient.

Post-scriptum :
"Sarkozy veut rassurer ses amis americains" sur le site du Figaro

Répondre à cet article
Envoyez cet article à un ami
- DECAP ACTU -
Actualités politiquement incorrectes, garanties sans pensée unique ni langue de bois. Mise en garde : peut provoquer des réactions allergiques et des irritations aux manipulateurs et déclinologues.